Pour quel public?

  • Les nourrissons à risque (prématurés, anomalie génétique, pathologie neurologique IMOC, plexus brachial, spinabifida) ou ayant vécu une naissance difficile

  • Les nourrissons présentant des troubles orthopédiques (malposition et malformation des pieds, plagiocéphalie, torticolis), des troubles d’acquisition motrice (retard, hypo/ hypertonie, asymétrie, persistance de réflexes archaïques, inconfort dans une position,... ),des troubles respiratoires (bronchiolite, asthme), des troubles digestifs (RGO, constipations...)

  • Les enfants plus grands dans les cas de troubles orthopédiques (épiphysite de croissance, scoliose, maladie de Scheuermann...), traumatologie, trouble neurologique et neuro musculaires (hémiplégie, paraplégie, spina-bifida, traumatisme cranien, myopathies, amyotrophie spinale infantile, dystrophie musculaire...), problème respiratoire (asthme, mucoviscidose,...), troubles de la motricité (mauvais équilibre, marche sur la pointe des pieds, marche pieds vers l’intérieur,...)

Les principes en pédiatrie

La rééducation s'ajuste en fonction de la croissance de l'enfant.

Elle est souvent réalisée sous forme de jeux, ce qui permet une meilleure collaboration de l'enfant et une meilleure adhésion au traitement qui n'est alors pas vécu comme une contrainte.

Les séances doivent répondre à certaines règles : un nombre et une durée suffisants ; un rythme déterminé par la sévérité de la pathologie ou son caractère évolutif, un contenu adapté à l'objectif fixé, et une assiduité régulière.

La durée de la séance est adaptée à l'âge de l'enfant, sa fatigue, la maladie, et la tolérance au traitement

Une guidance parentale permet un apprentissage aux parents d'exercices quotidiens et des gestes « adaptés » de la vie courante.
.